« GERRIE’s KIDS »

« GERRIE’s KIDS »
Une entrevue avec l’acteur hollandais Tim Haars de NEW KIDS TURBO et NEW KIDS NITRO
Kier-La Janisse
(Traduit par Emilie Christiansen)

————————

Tim Haars

Dans l’univers New Kids, Gerrie, le grossier personnage prédisposé aux accident, est interprété par Tim Haars, frère de Steffen Haars (Robbie), qui co-scénarise et réalise la série avec Flip Van der Kuil (Barrie). Après quelques contretemps causés par des mauvais calculs de fuseaux horaires et de mauvais numéros de téléphone, j’ai réussi à m’entretenir brièvement au téléphone avec Tim, où j’ai découvert quelques surprises à propos de sa vie avant et après New Kids.

Bien que le public nord-américain ne fait que commencer à les découvrir, la série New Kids – qui a débuté en tant que série webtélé en 2007 et a obtenu une notoriété après s’être retrouvée sur Comedy Central en 2009 – est l’exportation d’Hollande la plus proche d’un hybride South Park/Apatow/Jackass. La série porte sur 5 personnages désagréables – Richard, Barrie, Robbie, Gerrie et Rikkert – qui conduisent comme des fous, mangent une énorme quantité d’aliments frits, appellent les femmes des putes et boivent de la bière constamment. Et surtout, ils ont des coupes Longueuil qui les situent clairement dans les bas-fonds de la culture des années 1990.

Simplement pour le contexte, combien d’émissions de télévision ou de films hollandais sont en production au cours d’une année?

Peut-être 50 ou 60? Mais je ne suis pas certain de ces chiffres, car je ne suis pas vraiment intéressé par beaucoup de films. Je n’aime pas beaucoup de films.

Beaucoup de films de la Hollande, ou beaucoup de films en général?

Et bien, en général. Je veux dire que je regarde beaucoup de films, mais je n’en aime que quelques-uns. Mes goûts sont très spécifiques.

Alors, comment se sont formés les New Kids au début?

Et bien, nous n’étions pas vraiment un groupe qui a été rassemblé, nous nous connaissions déjà depuis longtemps. Wesley van Gaalen (Rikkert) est mon meilleur ami, Flip Van der Kuil (Barrie) est le meilleur ami de Steffen Haars (Robbie), et je connaissais Huub Smit (Richard) auparavant – j’ai déjà été un « skater » professionnel et lui aussi.

Un « skater » professionnel dans le sens de planchiste ou patineur?

Le patin à roues alignées agressif. Ouais, nous étions vraiment bons; j’ai été le meilleur de la Hollande à quelques reprises. Alors nous nous connaissions tous déjà depuis longtemps. Puis, lorsque nous avons arrêté le patinage, nous ne savions pas quoi faire, alors nous avons commencé à faire des petits sketchs et des voyages que nous filmions. Puis Steffen Haars est allé à l’académie du cinéma, alors il est allé à l’école pour devenir un réalisateur et un caméraman. Puis Huub Smit est allé à une école d’acteurs et moi aussi. Puis, nous avons actuellement continué à faire des petits sketchs pour un site Internet nommé Flabber.nl et nous avons remarqué que nous avions beaucoup de visiteurs, nous avons eu environ 10 millions de visiteurs au cours d’une très courte période, alors nous nous sommes dit « Hmm! ». Et après ce succès, nous avons continué sur Comedy Central et c’est à ce moment que le tout est devenu un succès national en Hollande, mais aussi en Allemagne, Suède, Danemark et Belgique. Puis, un producteur important chez Eyeworks nous a visité et nous a actuellement donné de l’argent pour faire un film. Cependant, nous n’étions pas habitués à faire des films, car nous faisions des petits sketchs, et nous avons demandé si nous pouvions faire le film sans faire aucune concessions, puisque nos idées sont assez controversées, mais nous ne voulions pas de restrictions. Alors ils nous ont donné toute la responsabilité et toute la liberté de le faire. Et c’est devenu un grand succès.

Inline skating champs Tim Haars and Sven Boekhorst as kids

Où demeurez-vous tous?

Presque tout le monde habite à Amsterdam.

OK. Je ne sais pas à quel point les personnages sont une blague au niveau régional – est-ce qu’ils touchent à des stéréotypes à propos de gens qui habitent dans le sud de la Hollande ou est-ce que ces types de personnages sont complètement fictifs?

Et bien, nous avons été élevés à Maaskantje et durant notre enfance, nous avons vu plusieurs personnes n’accomplissant rien et se plaignant et détruisant nos rampes de patinage et détruisant actuellement le quartier. Puis, ils nous ont plus ou moins inspirés à faire ce type de travail. Puisqu’ils étaient déjà différents, ils étaient – comment on dit – des « white trash »? Un peu comme la version européenne de la racaille blanche. Il y a des gens comme ça partout en Europe, il y en a beaucoup en Allemagne, alors je crois que tout le monde reconnaît les personnages.

Pourtant ils sont un peu comme des protagonistes. Je veux dire que bien qu’ils soient très destructifs et stupides, ils sont tout de même un peu les héros des films.

C’est vrai, ouais. Ils sont comme des anti-héros.

Je supposerais, simplement en regardant les films, que vous aimez ces personnages.

Et bien, avec des personnages comme ceux-ci, on peut faire n’importe quoi, car la logique de leur manière de penser est complètement stupide. Nous les avons créé plus grands que nature. Nous les avons exagéré.

Gerrie

J’ai entendu dire que plusieurs fans de l’émission s’identifiaient vraiment beaucoup à ces personnages.

C’est vrai, beaucoup de gens se reconnaissent en ces personnages. Au début, tout le monde pensait que nous étions réels. Et pour l’émission originale, nous avions décidé de filmer d’une façon où le tout aurait l’air d’une personne ayant pris une caméra pour se filmer soi-même. Alors d’une certaine façon, ils avaient l’impression qu’ils pouvaient faire ceci eux-mêmes. Puis, lorsqu’ils me voyaient dans la rue, les gens me disaient: « Eille man, qu’est-ce qui est arrivé à ta moustache et ta coupe de cheveux? » et je devais expliquer que j’interprétais un personnage. Également, nous ne parlons pas comme ça du tout. Il s’agit d’un dialecte très spécifique d’une petite région au sud de la Hollande. Cependant, tout le monde pensait que nous étions réels, jusqu’à ce que l’on soit présenté sur une émission de télévision en tant que nous-mêmes; c’était une façon vraiment amusante pour faire découvrir aux gens que le tout était faux.

Alors le gars qui interprète le rôle de Barrie n’a pas l’air aussi effrayant dans la vraie vie?

Non, en fait il l’est. Son visage est vraiment efficace; il n’est pas vraiment un bon acteur, car il est l’un des réalisateurs, alors c’est pour cette raison qu’il ne dit pas grand-chose. Il est un peu comme Silent Bob. En fait, tous les personnages sont un peu comme nous le sommes dans la vraie vie.

Alors, si c’est vrai, êtes-vous vraiment maladroit dans la vraie vie? Votre personnage est vraiment prédisposé aux accidents.

Et bien, c’est un gars qui veut faire partie du groupe et faire bonne figure devant ses amis, mais ça ne marche jamais. Je suis un gars physique, c’est vrai, mais je ne suis pas aussi maladroit. C’est un excellent personnage à interpréter – on ne pense même plus à soi-même, il faut se laisser aller et être un trou de cul.

Alors parlez-moi de la musique de Gabber sur la bande sonore. Je n’avais jamais entendu parlé d’eux auparavant.

C’est l’une des influences musicales les plus importantes des années 1980 et 1990 en Hollande.

Alors c’est spécifique à la Hollande seulement?

Ce l’était auparavant, il s’agissait d’une scène marginale, puis c’est devenu très populaire en Hollande. Et encore une fois, c’est pour les gens qui utilisent des drogues et qui virent complètement fous et qui sont très agressifs. Cependant, aujourd’hui ce n’est plus populaire, alors on a l’impression que le film se trouve dans les années 1980 ou 1990, avec les autos et la façon qu’ils s’habillent. La musique se marie très bien au film.

Qu’est-ce qui se passe avec les New Kids présentement?

Nous avons arrêté les New Kids, pour faire en sorte que le tout demeure tel quel, au lieu de continuer jusqu’à ce que tout le monde en ait assez de nous. Alors maintenant nous écrivons de nouvelles choses.

Alors vous allez continuer de travailler ensemble, mais vous allez simplement faire des personnages différents, mais tout en continuant à produire des comédies?

Ouais, ouais, je pense que oui. Nous sommes une équipe, alors nous travaillons ensemble. Puis, au lieu de distribuer des rôles, on ne fait que regarder les gens autour de nous et nous les impliquons.

Accomplissez-vous le processus d’écriture ensemble?

À l’époque où nous faisions des sketchs, nous écrivions tous du matériel, mais maintenant tout est écrit par Steffen et Flip qui sont les réalisateurs. Ils scénarisent, réalisent et sont des acteurs dans les films, donc ils font tout.

Et travaillez-vous sur d’autres projets vous-même, outre New Kids?

Ouais, je fais d’autres films et je suis aussi un animateur de télévision pour enfants, puis je fais d’autres émissions de télévision sur d’autres réseaux pour adultes.

C’est drôle, car ici, si vous faites un film comme New Kids Turbo et Nitro, ils ne vous laisseraient jamais approcher des enfants.

Ouais, mais la Hollande a un esprit très ouvert. J’ai quand même eu peur, mais ce n’est jamais devenu un problème. En Hollande, il y a des réseaux commerciaux et des réseaux nationaux, puis je travaille pour un réseau national qui a une très bonne ouverture d’esprit, alors je peux être moi-même. Je ne suis pas le type d’animateur qui dit « Bienvenue tout le monde à l’émission… » Je ne fais qu’être moi-même.

Mais avec des petits enfants autour de toi?

Non. Je n’aime pas travailler avec des enfants, ils sont agaçants. Puisque avec des enfants, il s’agit de la journée la plus importante pour eux, mais après quatre heures de tournage, ils sont complètement finis. Ils sont très excités, mais ensuite ils s’effondrent, parce qu’ils n’ont pas dormi la nuit précédente ou quelque chose du genre. Mais la journée de travail est plus longue. Alors ce n’est pas agréable de travailler avec des enfants, mais c’est très sympathique de produire quelque chose pour les enfants.

————————–

Voyez Tim Haars dans un rôle qui n’est décidément pas pour les enfants lors du programme double NEW KIDS TURBO et NEW KIDS NITRO, ce soir au Théâtre Hall à 17h45 et 19h40.

Consultez un article précédent de Spectacular Optical sur le phénomène New Kids ICI.

About the author:

Kier-La Janisse

Kier-La Janisse is a film programmer for Fantastic Fest and SF Indie, the founder of The Miskatonic Institute of Horror Studies and Owner/Editor-in-Chief of Spectacular Optical. She has been a programmer for the Alamo Drafthouse Cinema in Austin, Texas, co-founded Montreal microcinema Blue Sunshine, founded the CineMuerte Horror Film Festival in Vancouver (1999-2005) and was the subject of the documentary Celluloid Horror (2005). She has written for Filmmaker, Shindig!, Incite: Journal of Experimental Media, Rue Morgue and Fangoria magazines, has contributed to The Scarecrow Movie Guide (Sasquatch Books, 2004) and Destroy All Movies!! The Complete Guide to Punks on Film (Fantagraphics, 2011), and is the author of A Violent Professional: The Films of Luciano Rossi (FAB Press, 2007) and House of Psychotic Women: An Autobiographical Topography of Female Neurosis in Horror and Exploitation Films (FAB Press, 2012). She co-edited Spectacular Optical Book One: KID POWER! with Paul Corupe, and is currently writing A Song From the Heart Beats the Devil Every Time, an epic tome about children's programming in the counterculture era.

Reply

Comment guidelines, edit this message in your Wordpress admin panel